Impact du reconfinement sur le marché immobilier

reconfinement

Le reconfinement a débuté le 30 octobre 2020 en raison de la 2ème de l’épidémie en France. Ce reconfinement va à nouveau impacter l’économie du pays, comme e précédent confinement de mars 2020. On peut déjà observer l’impact de nouveau confinement sur le marché immobilier français.

Le nombre de biens immobiliers en augmentation

Les biens immobiliers sont en train d’augmenter sur le marché immobilier pour diverses raisons liées à l’épidémie. D’abord, le nombre de divorce est très élevé durant les périodes de confinement. Les ménages vivant à deux dans une résidence principale, lors d’un divorce, se voit la plupart du temps, vendre la résidence principale ou la relouer, afin de chercher chacun de son côté, une nouvelle résidence principale chacun, donc un nouveau logement. Ces biens s’ajoutent aux biens immobiliers déjà présents sur le marché. Puis, les biens professionnels des entreprises aussi augmentent, car en raison de la pandémie, les clients consomment moins et les entreprises fermées durant trop longtemps, et qui ne génèrent aucun revenu, rencontrent de grandes difficultés financières.

 Nombreuses sont celles qui font faillites et qui mettent la clé sous la porte, malgré l’aide l’état qui ne suffit pas pour les chefs d’entreprises endettés. Les entreprises ne parviennent plus à payer leurs fournisseurs et leurs salariés. Ces locaux à utilisation professionnels, se vident peu à peu et rajoutent des biens immobiliers sur le marché, également. Aussi, les bien à vendre qui étaient déjà sur le point d’être vendus, ne sont sûrement plus à la vente en raison de la solvabilité des clients qui change au cours de la crise sanitaire. Déjà constaté lors du 1er confinement, le 2ème confinement va engendrer des licenciements et des chômages techniques, mais moins car les nouvelles règles permettent toujours de travailler. Le client qui risque de ne pas recevoir son revenu mensuel est en faible position entant qu’emprunteur d’un prêt immobilier à la banque. La banque ne peut plus financer dans ce cas et l’achat est reporter, ou annuler l’achat du bien immobilier. Enfin, la cause des décès, entraîne la vente de plusieurs biens immobiliers avec la succession, etc.

Un intérêt pour la campagne

Le 1er confinement avait poussé de nombreux français vivant dans les grandes villes, vivre en campagne, à la recherche d’espace de verdure. Cela risque de s’accentuer avec le reconfinement. En effet, les clients sont désormais plus à la recherche de confort, de plus d’espace en campagne, avec maison et jardin, le calme… Il y a eu une grande montée des investissements locatifs hors des grandes villes après le premier confinement, un record d’investissements par rapport à l’année précédente. Avec des prix de vente en campagne dans une maison spacieuse, qui soit équivaux à ceux dans les grandes villes dans un studio, investir hors des villes paraît maintenant être bien plus intéressant. En campagne, il y a moins d’offres et de demandes, donc c’est plus accessible. D’ici là, cette tendance pour la moyenne et grande couronne va sûrement augmenter, les prix en campagne seront peut-être plus fort en campagne et moins fort dans les grandes villes. Mais certaines grandes métropoles françaises comme Paris ou Lyon, les prix de l’immobilier ne vont pas baisser aussi facilement, du fait que l’offre et la demande est toujours aussi forte. Les colocations dans les maisons de campagne sont aussi des investissements locatifs qui augmentent lors des confinements : le loyer est bas, il y a beaucoup d’espace, et c’est plus agréable à y vivre que dans les grandes villes. Le confinement rend les zones ignorées, des zones devenues intéressantes pour les clients.

Des reports de projets immobiliers

Avec le contexte de reconfinement, les investissements locatifs vont tarder et être ralentis. Les acquéreurs et investisseurs seront dans l’attente jusqu’à la fin de la crise sanitaire, et du nouveau confinement ou du moins, jusqu’à la fin de l’état d’urgence pour poursuivre leurs projets immobiliers. Des biens immobiliers vont à nouveau être mis en vente, avec très peu d’acquéreurs avec le reconfinement, il y aura même une baisse d’acquéreurs, de clients, dans le marché immobilier, et donc une offre importante face à une demande très faible. Ce qui peut entraîner la baisse des prix de l’immobilier, même si pour l’instant, ceux-ci ne baissent pas, ainsi que les prix des loyers, il n’y a pour l’instant que des reports de projets immobiliers pour l’instant. Les acquéreurs reportent leurs projets ou ils profitent de la situation de ralentissement dans l’immobilier, pour négocier davantage les prix de vente avec les vendeurs qui se voient avoir beaucoup moins d’acquéreurs potentiel et veulent se débarrasser de leurs biens immobiliers à vendre. Cette période de crise, ralenti, avec peu de concurrents, peut être un avantage pour les investisseurs qui veulent se lancer, car les prix peuvent être plus avantageux qu’en temps normal, e raison d’une demande faible face à une offre forte. Il peut avoir la possibilité de faire des bonnes affaires malgré le contexte difficile.